Préservons Janouchka

 

Je suis membre fondateur d'une association de sauvetage de chevaux.

En décembre 2011, j'interviens, en tant que déléguée régional Bretagne, au secours d’une jument abandonnée dans son champ depuis 6 ans et en crise de fourbure aigüe avec des sabots en très mauvais état. Elle ne peut plus se déplacer et reste coucher. La vétérinaire déplacé d’urgence conseille l’euthanasie. J’interviens auprès du bureau directeur de l’association pour donner une chance à cette jument qui, à mon avis, a la rage de vivre.

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après un mois de soins intensifs et l’intervention des gendarmes pour obtenir la donation du propriétaire, je déplace avec l’accord du vétérinaire, la jument Janouchka vers ma structure. L’association décide de me la confier pendant ses soins et jusqu'à son rétablissement complet et son adoption. Aujourd’hui, cette jument, avec l’assistance du vétérinaire et du maréchal ferrant a retrouvé une stabilité, en revanche, elle reste fragile comme en témoigne ses déplacements parfois hésitants qui mettent en évidence des douleurs persistantes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Courant de l’année 2012, un nouveau bureau se met en place à la tête de l’association, des divergences dans la gestion conduisent à la démission de la présidente fondatrice ainsi qu’une partie du bureau. Une nouvelle politique  se met en place et des rapports très souvent suspicieux s’installe. Le 25 janvier 2013, je reçois un courrier recommandé de l’association qui m’indique que la jument Janouchka me sera retirée, pour des problèmes de communications et placé dans une autre structure situé à 300 km de chez moi. La vétérinaire de Janouchka est informée aussitôt et déconseille vivement ce déplacement dans l’intérêt de la jument.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Malgré de nombreuses interventions, malgré plusieurs demandes d’adoption dont la mienne qui a été refusé sans explication, l’association a décidé de déplacer la jument le jeudi 28 Février 2013, et de mettre ainsi en danger la santé de Janouchka.

Je vous demande de bien vouloir m’apporter votre soutien.

 

Le deuxième vétérinaire envoyé par l'association a confirmé la première faite par la vétérinaire de Janouchka, elle ne peut pas faire un déplacement trop long. Janouchka m'a été retiré pour être placé chez un vétérinaire situé à trente kilomètres de chez moi pour quelques jours après l'inconnu. Je remercie, sincèrement et du fond du coeur, tous ceux qui se sont investis pour Janouchka et particulièrement Marie Pierre, sa marraine.Janouchka, tu resteras au fond de mon coeur à jamais.

 

Cette pétition se termine comme je l’avais dit. Je pensais naïvement  que j’aurais affaire qu’à des personnes adultes et responsables, qu’ils  soient pour ou contre, sur le thème en question. Je constate, qu’en partie, cela n’a pas été le cas à mon grand regret et qu’un affrontement a eu lieu, de part et d’autre, souvent  très infantile et mercantile sur un autre sujet et n’ai pas souhaité rentrer dans ce débat qui ne m’intéresse pas. J’ai du supprimer quelques messages d’insultes et d’attaques personnelles qui n’étaient pas supportables. Quand j’ai récupéré Janouchka, personne n’y croyait me traitant même de folle. Je pense humblement l’avoir sauvé et lui avoir rendu sa dignité tant que cela m’a été permis et ca personne ne pourra, malgré toutes les tentatives actuelles, me l’enlever. Cette mission n’avait qu’un seul et unique but de préserver Janouchka et cette tache a été remplie. Au delà de ma douleur, de nos douleurs devrais-je dire, après  plusieurs courriers recommandés, après bien des manipulations et mensonges, après un lynchage public avant même de pouvoir me justifier, après un acte d’huissier en date du 14 Février qui m’ordonnait de mettre à disposition Janouchka pour un transport de 300 km (l’adresse d’arrivée est mentionné sur cette acte), l’association a du se résigner, du fait du tapage fait autour de cette pétition, à déplacer un deuxième vétérinaire équin qui a déconseillé également ce transport et placer la jument dans une structure spécialisé et reconnu à trente kilomètres de chez moi. Elle a du subir à nouveau des examens des pieds et des ferrures spécialisées sont envisagés, non par pour son confort comme cela est dit, mais pour permettre un transport très limité. Et  je ne doute pas qu’une attention particulière lui sera accordée du fait de la médiatisation dont je me serais bien passé autour de Janouchka. Je remercie tout les signataires de cette pétition qui a remplie son rôle et ose espérer, d’une façon ou de l’autre, que cela puisse permettre qu’un pareil cas soit le dernier pour cette association. En effet, je me demande bien comment justifier une telle dépense inutile. Et pour répondre à une question bien précise, je remercie mon mari pour avoir mis sa prose sur mes pensées. Merci à tous et longue vie à Janouchka.