Touche Pas A Ma Salle

Nous, professionnels de l’encadrement de l’activité physique et sportive et professionnels de la santé, déplorons la stigmatisation des lieux de pratique d’activité physique et sportive comme vecteurs de propagation de la pandémie actuelle. Il ne s’agit pas pour nous de nier la gravité de cette dernière, ou l’absence de risque zéro au sein de ces établissements, mais bien de dénoncer des décisions infondées, aux plans sanitaire, social et économique. En effet, dans le respect des protocoles actuels, le risque de pratiquer une activité physique et sportive dans un établissement dédié n’est pas démontré scientifiquement. Aucun cluster issu de ces structures n’a d’ailleurs été signalé à date par l’ARS. Les bénéfices de l’activité physique et sportive sur la santé des Français sont aujourd’hui incontestables et incontestés, à la fois par la communauté scientifique, le ministère chargé des sports et le ministère de la santéIMG-20201007-WA0003.jpgToutes les études montrent que les personnes qui entrent en réanimation présentent une capacité physique faible, aux conséquences souvent dramatiques. Il est également formellement démontré que dans d’autres épisodes épidémiques, les personnes sportives ou ayant de bonnes capacités physiques, étaient atteintes de manière mois grave. Le sport reste la meilleure réponse à toute forme de maladie : en prévention d’une part, mais aussi dans le traitement de pathologies d’autre part. A l’instar de l’abandon des programmes d’activité physique adaptée (APA) en cours, les effets de la fermeture des lieux de pratique sportive sont plus que préoccupants pour la santé de nos concitoyennes et de nos concitoyens. Il est hors de question pour les professionnel de santé d’interdire aux malades chroniques de prendre leur traitement, le sport en étant un à part entière. Nous, professionnels de l’encadrement de l’activité physique et sportive et professionnels de la santé, alertons sur la nécessité immédiate de changer de regard sur une filière injustement pointée du doigt. Après une période de confinement, ne l’oublions pas, qui a meurtri les corps et les esprits, mais aussi les trésoreries, les professionnels du sport se sont mobilisés pour accueillir leurs adhérents dans les meilleures conditions et en allant toujours plus loin dans l’application de protocoles adaptés et sécurisants, pour faire des établissements sportifs des lieux propres et rassurants. Ce confinement a déjà précédemment entrainé l’arrêt brutal de l’activité physique et sportive de nombreux Français. Le corps médical a par ailleurs eu la plus grande difficulté à poursuivre ses recommandations auprès de patients persuadés de prendre plus de risques à continuer cette pratique sportive, qu’à l’arrêter. Ce message erroné, anxiogène et aux conséquences désastreuses ne doit plus être répété. Il est fort dommageable pour l’ensemble des pratiquants et professionnels du sport d’envoyer un signal aussi négatif, celui d’une dangerosité de la pratique d’une activité physique et sportive alors que celle-ci, études scientifiques et chiffres à l’appui, n’est d’une part pas plus dangereuse lorsque pratiquée dans des établissements professionnels dédiés et d’autre part fortement recommandée pour contrer l’apparition de formes graves de covid19. Nous, professionnels de l’encadrement de l’activité physique et sportive et professionnels de la santé, alertons les pouvoirs publics sur ces problématiques de santé publique, dont il est urgent de se saisir, pour la bonne santé individuelle et collective des Françaises et des Français, physique et mentale, mais aussi celle de notre économie.

Si la gravité de cette crise sanitaire doit nous alerter toutes et tous sur les protocoles à appliquer, à , maintenir voire renforcer, elle ne doit en aucun cas servir de prétexte au sacrifice des activités physiques sur la base de déductions fantaisistes. Nos i dans nquiétudes l’accès se confirment également au plan social, puisque nous constatons que les inégalités aux activités physiques et sportives se creusent, touchant principalement les femmes, les seniors et les catégories socioprofessionnelles les moins élevées. Au travers de protocoles poussés et de mesures exceptionnelles, l’écosystème sportif nous a prouvé sa capacité à se dépasser, son engagement sans faille pour ses adhérents et licenciés, plaçant leur santé et leur sécurité au cœur de ses préoccupations quotidiennes. Face à cette situation injus te, injustifiée et désastreuse pour l’ensemble de la filière sportive française, nous refusons de voir sacrifier la dernière tentative pour ces acteurs d’assurer professionnelle après une crise lourde de conséquence. A la lumiè re de ces éléments, la reprise de leur activité nous demandons aujourd’hui aux pouvoirs public l’ensemble des établissements accueillant la pratique s la réouverture de d’activités physiques et sportives économique ciblé pour soutenir des entreprises en perte de fréquentation alarmante , un soutien et une prise en compte des protocoles sanitaires efficace en la matière. déjà opérants , afin de poursuivre une collaboration constructive et

Signer cette pétition

En signant, j'autorise Fabrice CHAMEROIS à remettre ma signature à ceux qui ont le pouvoir en la matière.


OU

Pour recevrez un e-mail contenant un lien pour confirmer votre signature. Pour vous assurer de recevoir nos e-mails, veuillez ajouter info@petitions.fr à votre carnet d'adresses ou votre liste des expéditeurs autorisés.

Veuillez noter que vous ne pouvez pas confirmer votre signature en répondant à ce message.




Publicité payante

Nous ferons la promotion de cette pétition auprès de 3000 personnes.

Apprendre encore plus...