POUR des enseignements bien réels, en temps réel, par des enseignants réels et devant des étudiants réels, sans écrans interposés !

À un moment où la distanciation physique ne s’impose plus ni dans les TGV ni dans les avions, ni dans certains espaces restauration, commerce et loisir du secteur privé, elle devrait s’imposer à l’Université au point de rendre impossible la majeure partie des enseignements en présentiel ? NON !

Bien évidemment, les mesures barrières (visières ou masques, lingettes désinfectantes, solution hydro-alcoolique fournis aux personnels et étudiants, sens de circulation dans les locaux, nettoyage et désinfection régulière des locaux et équipements) s’imposent tant que le coronavirus circule sur le territoire.

Il est tout aussi important de garantir le droit à tous les personnels et étudiants à « risque de formes graves du covid19 » de choisir, s’ils le souhaitent et si vraiment une situation aggravante l’impose, la solution dégradée et temporaire de l’enseignement à distance.

Pour autant, l’évolution positive à ce jour de la situation a déjà conduit à de nombreux assouplissements dans de nombreux secteurs concernant la mesure de distanciation sociale. Nous ne comprenons donc pas la position du ministère de l’enseignement supérieur qui est de privilégier un « enseignement hybride » à la rentrée et celle de la direction de l’INSA Rennes qui « demande à chaque département d’encourager au maximum les pratiques distancielles et hybrides ». Les enseignants et enseignants chercheurs ainsi que les étudiants sont épuisés par la surcharge de travail consécutive à la mise en place de « solutions numériques » pour assurer la « continuité pédagogique ». Cet enseignement en « distanciel » a eu des conséquences néfastes sur la qualité de la formation des étudiants.

● Protéger la santé mentale des personnels et des étudiants, c’est organiser avant tout la reprise de l’enseignement 100% en présentiel [1] à la rentrée universitaire de septembre 2020.

● Protéger la santé physique des personnels et des étudiants, c’est recruter tous les personnels nécessaires au respect et à la mise en œuvre de l’intégralité des maquettes de diplômes.

Nous, soussignés enseignants et enseignants chercheurs de l’INSA Rennes, demandons donc que soit mis en œuvre le vœu proposé par le syndicat FO ESR au Comité Technique du jeudi 18 juin 2020:

Le vœu FO-ESR du Comité Technique de l’INSA Rennes, réuni le 18 juin 2020, compte-tenu des conséquences néfastes de l’enseignement dit en « distanciel », tant vis-à-vis des étudiants que des enseignants et enseignants-chercheurs, préconise le retour à un enseignement 100% en présentiel. Il demande également que toutes les mesures de prévention sanitaire en raison de la pandémie de Covid-19 soient examinées et élaborées sur cette base d’une reprise des enseignements à 100% en présentiel. Le CT demande la réunion du CHSCT au cours de la première semaine de septembre pour évaluer les mesures à prendre au regard de l'évolution de la situation sanitaire.

[1] Sans préjudice des maquettes de certains diplômes qui comportaient, avant la pandémie, des enseignements à distance. Il s’agit donc de revenir au fonctionnement d’avant l’épidémie, à la mise en œuvre des gestes barrières près.

 
What do you want to do ?
New mailCopy
 
What do you want to do ?
New mailCopy
 
What do you want to do ?
New mailCopy
 
What do you want to do ?
New mailCopy
 
What do you want to do ?
New mailCopy
 
What do you want to do ?
New mailCop

Le Syndicat FO-ESR de l'INSA Rennes    Contacter l'auteur de la pétition

Signer cette pétition

En signant, j'autorise Le Syndicat FO-ESR de l'INSA Rennes à remettre ma signature à ceux qui ont le pouvoir en la matière.


OU

Pour recevrez un e-mail contenant un lien pour confirmer votre signature. Pour vous assurer de recevoir nos e-mails, veuillez ajouter info@petitions.fr à votre carnet d'adresses ou votre liste des expéditeurs autorisés.

Veuillez noter que vous ne pouvez pas confirmer votre signature en répondant à ce message.

Publicité payante

Nous ferons la promotion de cette pétition auprès de 3000 personnes.

Apprendre encore plus...