PLUs d'agriculture à La Boissière-il faut revoir le volet agricole du Plan Local d'Urbanisme

MANIFESTE contre le PLU de La Boissière (Plan Local d’Urbanisme)

URGENCE de revoir son volet agricole -Appel aux citoyens, aux consommateurs, aux associations et aux élus de La Boissière  

 

POUR SOUTENIR NOTRE DEMARCHE :

  • Signez cette pétition !
  • Venez rencontrer les premiers porteurs de cette initiative lors de petites rencontres informelles dans les mas et au village (port du masque obligatoire) et discuter : Mercredi 21 octobre à 18h au mas d’Agrès (RV à la zone de tri/bennes recyclage), Samedi 24 octobre à 18h au village (RV à la fontaine de la place du village), Lundi 26 octobre à 18h au mas d’Alhem (RV au puits au centre du vieux mas), jeudi 29 octobre à 18h au mas de Belaures/chemin de l’Église/route des Granges (RV à la zone de tri/bennes recyclage entre le mas de Belaures et les Granges)
  •  Déposez vos commentaires sur le site dédié dans le cadre de l’enquête publique du PLU https://www.democratie-active.fr/enquete-publique-plu-laboissiere34/

Qui sommes-nous ? Nous sommes un groupe informel de citoyens concernés par ces questions et qui ne demande qu’à s’agrandir… Dominique SOULLIER (paysan), Sophie GIRAUD (écologue), Regis LOUBET (retraité), Olivier CONSOLO (micro-entrepreneur)

 

POURQUOI IL FAUT REVOIR LE VOLET AGRICOLE DU PLU

L’URGENCE est à la sécurisation des ressources alimentaires ! Aujourd’hui, nous consommons moins de 3% de denrées locales… et pourtant beaucoup aspirent à manger des aliments frais et sains à la maison, à la cantine, au travail, et donc produits localement…  C’est bon au goût, bon pour la santé et celle de la nature et ça permet de créer des emplois enracinés sur notre territoire. Cette ambition est d’ailleurs portée actuellement par le « Pays Cœur d’Hérault ». Les états généraux de l’alimentation et de l’agriculture durable organisés en octobre 2019 ont confirmé cette orientation.  

 

Aujourd’hui notre agriculture communale est riche et diversifiée ! Notre commune compte aujourd’hui un élevage de cochons, un chevrier producteur de fromages, un berger qui entretien la garrigue basse et les bois avec son troupeau, deux élevages de volailles, la viticulture, et des activités non alimentaires comme les chevaux et autres animaux domestiques… La plupart est organisé en vente directe ! Cette agriculture en majorité nourricière et durable peut se développer à La Boissière et ne demande qu’à se consolider et à se diversifier.  

Ce projet au service des habitants n’a rien d’utopique !

Mais il ne pourra pas se faire car le PLU ne le permettra plus ! En effet, même si le PLU affiche officiellement comme objectif de « préserver l’activité agricole et permettre la diversité des exploitations », dans la réalité il empêche la réalisation de cette ambition, notamment en mettant notre foncier agricole sous cloche !  

Jugez vous-même !

- La limite entre zone Agricole (zone en jaune +zone en beige sur le plan ci-dessous) et Zone Ap (uniquement beige clair) a été faite approximativement à partir de photos aériennes et de considérations exclusivement paysagistes sans prendre en compte le potentiel agronomique réel des terres. Le travail sur le terrain semble avoir été insuffisant.

zonage_PLU1.jpg

- Sur la zone Agricole protégée, le PLU interdit toute installation de nouveaux agriculteurs et agricultrices, ainsi que le développement des exploitations existantes. Cette Zone Ap (en beige sur le plan ci-dessus)s’étend de la limite de la commune d’Argeliers jusqu’à l’autoroute A750, et représente presque 80% de la surface agricole totale de la commune (633 hectares cultivables au total, représenté en jaune+beige clair sur le plan).

- Toujours sur cette Zone Ap, le règlement à venir permet certaines constructions, aménagements et extensions non-agricoles mais « il proscrit les exploitations agricoles » tel que l’a souligné la Chambre d’Agriculture de l’Hérault.

-  Le Plan Local d’Urbanisme actuel ne permettrait pas non plus de constructions agritouristiques en Zones Ap.

Pourtant, des projets d’installation et de pérennisation existent, mais ils risquent d’être compromis par le découpage de la Zone Ap qui selon la chambre d’agriculture « est vaste, excessif et susceptible d’aller à l’encontre du maintien, développement et l’installation des exploitations agricoles ».

- De plus, plusieurs institutions compétentes ont souligné que les diagnostics de notre PLU reposent pour certains sur des études dépassées et obsolètes. De même, les travaux actuels réalisés par le Pays « Cœur d’Hérault » notamment sur le besoin de diversification agricole - et portés à la connaissance de la mairie - ne sont pas suffisamment pris en compte dans la proposition actuelle.  

Nous demandons aux institutions de l’État compétentes et à nos élus de refuser le PLU en l’état actuel et d’exiger :

-  Un nouveau zonage agricole compatible avec les objectifs énoncés dans cette lettre.

-  Un VRAI diagnostic foncier et agricole pour connaître les projets d’installations actuelles, les projets en cours et finalement prévoir les besoins réels et futurs. Rien de tout cela n’a été fait ! 

Des préconisations sur l’intégration paysagère des bâtiments agricoles (architecture, volumes, choix des matériaux, etc.)   D’autres communes l’ont fait : l’installation de bergeries communales à Montpeyroux, au Mas Dieu et à Murviel-lès-Montpellier, incluant des acquisitions foncières, des actions de valorisation du foncier, et de mise à disposition de terres communales pour des installations.  


collectif PLUs d'agriculture a La Boissière    Contacter l'auteur de la pétition

Signer cette pétition

En signant, j'autorise collectif PLUs d'agriculture a La Boissière à remettre ma signature à ceux qui ont le pouvoir en la matière.


OU

Pour recevrez un e-mail contenant un lien pour confirmer votre signature. Pour vous assurer de recevoir nos e-mails, veuillez ajouter info@petitions.fr à votre carnet d'adresses ou votre liste des expéditeurs autorisés.

Veuillez noter que vous ne pouvez pas confirmer votre signature en répondant à ce message.

Publicité payante

Nous ferons la promotion de cette pétition auprès de 3000 personnes.

Apprendre encore plus...