FREE2012

Revendications de Unis-sons et PACT IdF pour la scène free

Unions de sound systems organisateurs de free party au niveau national et local

 

 

Depuis plus  de 15 ans, les free parties (soirées techno à prix libre organisées par des jeunes amateurs et bénévoles) posent un problème radical de société.

Pour beaucoup d’élus, de représentants des institutions et de nombreux citoyens, ce sont des nuisances qui doivent être combattues sans ménagement.

Pour d’autres, le millier de collectifs et associations répartis sur le territoire français, les dizaines de milliers de jeunes participants réguliers à ces soirées, c’est une pratique culturelle, un mode de vie parfois, et surtout une passion basée sur l’échange, le partage, le bénévolat et la solidarité.

 

Entre les deux, le fossé reste profond. On déplore surtout le manque d’une politique cohérente à l’échelle nationale, qui oscille à l’heure actuelle et selon les lieux, entre tolérance et rejet, accompagnement ou répression.

C’est pourquoi, nous faisons parvenir aux candidats les revendications suivantes :

  • Nous souhaitons l’ouverture d’une concertation nationale sur le sujet des free parties, avec la participation des Ministères de la culture, de la Jeunesse, de la Santé et pas uniquement de l’Intérieur.
  • Nous voulons une politique cohérente à l’échelle nationale : nous ne voulons plus être à la merci des changements de personnel dans les ministères, les préfectures, les mairies ou les forces de l’ordre.
  • Nous demandons l’ouverture de concertations décentralisées dans les régions et les départements, avec les élus locaux qui sont les premiers concernés par nos soirées.
  • Nous souhaitons que le volet de la loi LSQ de 2002 qui permet la saisie du matériel  des organisateurs soit supprimé. Notre mouvement ne justifie pas une législation d’exception hérité de la vague répressive post 11 septembre 2001 !
  • Que ce soit pour les petits ou les grands rassemblements, nous voulons des espaces pour pratiquer notre passion. Teknivals, multi-sons, free parties petites ou grandes doivent pouvoir trouver leurs place sans avoir à entrer dans l’illégalité ou le rapport de force.
  • Nous ne voulons plus être les victimes collatérales de la guerre à la drogue. Prévention et information plutôt que répression envers des organisateurs de soirées. Croire qu’on empêche l’usage de la drogue en empêchant les soirées est illusoire et injuste !

 

Nous allons faire passer ce message aux candidats et a un maximum de politiques, il nous faut donc un maximum de signatures pour que ça pèse dans la balance. Si vous soutenez notre démarche, faites tourner a un maximum de monde !!

 

 

 

 

Contact Unis-sons // 6 rue de la basse Lande – 44000 Nantes // info@technotnomy.org // 06 45 91 65 15

Signer cette pétition

En signant, j'autorise Unis-sons à remettre ma signature à ceux qui ont le pouvoir en la matière.


OU

Pour recevrez un e-mail contenant un lien pour confirmer votre signature. Pour vous assurer de recevoir nos e-mails, veuillez ajouter info@petitions.fr à votre carnet d'adresses ou votre liste des expéditeurs autorisés.

Veuillez noter que vous ne pouvez pas confirmer votre signature en répondant à ce message.

Publicité payante

Nous ferons la promotion de cette pétition auprès de 3000 personnes.

Apprendre encore plus...