A 75 ans elle est victime de squatteurs et se retrouve à la rue, aidons Martine Garofalo

Martine Garofalo, 75 ans, est une sage-femme retraitée qui habite Rochefort depuis une soixantaine d’années. Afin d’aider sa nièce qui enseigne en Guyane, elle décide en août 2018 de louer sa maison du quartier du Plan en deux lots, l’un au rez-de-chaussée et l’autre au premier étage, à deux personnes distincte. Moyennant un petit loyer et l’assurance d’entretenir la maison et les 5 000 m2 de terrain, des baux d’un an renouvelable sont signés entre les différents protagonistes. Martine Garofalo a reconduit le bail concernant le rez-de-chaussée de sa propriété (le locataire du premier étage étant parti sans laisser d’adresse au bout de quelques mois…) mais, selon ses termes, sentait "que quelque chose n’allait pas, le locataire ne répondant pas à mes appels".

Martine Garofalo a alors pris conseil auprès de l’Adil de Guyane, elle souhaitait résilier les deux baux au 1er septembre de cette année et a envoyé deux lettres recommandées pour ces deux logements et a appelé le locataire du rez-de-chaussée afin de l’informer de sa visite en août. Celui-ci aurait alors réagi de façon très brutale, signifiant à sa propriétaire qu’il ne la laisserait pas rentrer dans la propriété.

C’est effectivement ce qui s’est produit lorsque la retraitée a voulu rentrer dans sa maison. Par ailleurs, les lettres recommandées n’ont pas été récupérées et le locataire du rez-de-chaussée a profité du départ de celui du 1er étage pour investir l’ensemble de la maison. Elle a alors prévenu la gendarmerie où elle a déposé plainte, la police municipale et le maire de Rochefort.

L’huissier a constaté… Qu’il ne pouvait rentrer

Tout est dévasté, dans un état sanitaire déplorable et le terrain est envahi par la vermine.

L’avocat de Mme Garofalo a mandaté un huissier de justice qui n’a pu que constater…. 

Martine Garofalo ne sait plus vers qui se tourner, elle a écrit au préfet, au Président de la République ainsi qu’à Éric Dupond-Moretti, ministre de la Justice, espérant voir enfin la fin de son cauchemar !

Une décision de justice a été rendu le 5 novembre dernier . Martine Garofalo peut récupérer la partie haute de la maison et doit cohabiter avec le squatteur.

La trêve hivernale ne permet pas l'exclusion de ce squatteur. Ainsi, cette propriétaire , septuagénaire, va devoir vivre avec celui qui l'a démuni et qui abuse de son bien dans un climat d'insécurité et de peur.

 

Aidons Martine Garofalo a acquérir, malgré la trêve hivernale, la possession dans l'entièreté de son bien par souci de bienveillance mais aussi de respect pour cette femme qui avait, après avoir travailler honorablement , décider de vivre sa retraite paisiblement . 

Signer cette pétition

En signant, j'autorise Mylène à remettre ma signature à ceux qui ont le pouvoir en la matière.


OU

Pour recevrez un e-mail contenant un lien pour confirmer votre signature. Pour vous assurer de recevoir nos e-mails, veuillez ajouter info@petitions.fr à votre carnet d'adresses ou votre liste des expéditeurs autorisés.

Veuillez noter que vous ne pouvez pas confirmer votre signature en répondant à ce message.

Publicité payante

Nous ferons la promotion de cette pétition auprès de 3000 personnes.

Apprendre encore plus...